Héritage Abbotsford

Un joyau historique serti dans un paysage de rêve; deux petites églises protestantes et leurs cimetières, un presbytère et une salle communautaire qui traversent depuis plus de cent cinquante ans la féérie des vergers en fleurs, la douceur de l’été, l’orgie des couleurs automnales et l’éclatante blancheur de l’hiver. Un ensemble patrimonial tenu à bout de bras par la collectivité et dont certaines familles ont gravé leurs noms dans les vitraux et dans la pierre. Utopie? Cliché? Non! Une réalité… dans le rang de la Montagne à Saint-Paul-d’Abbotsford, au pied du mont Yamaska, à quarante-cinq minutes de Montréal.

Un trésor à entretenir auquel on doit la fondation en 2005 de l’organisme sans but lucratif Héritage Abbotsford. Une valeur plantée au XIXe siècle qui porte encore ses fruits.

Introduction

Héritage Abbotsford, organisme sans but lucratif, a été fondé en 2005 dans le souci de préserver l’ensemble religieux du « rang des Anglais » de Saint-Paul-d’Abbotsford. Un an plus tôt, le gouvernement du Québec avait classé ces lieux au nombre des sites historiques de la province. Héritage Abbotsford s’est donc donné comme mandat de mettre en valeur l’ensemble du site historique et de promouvoir son utilisation et sa renommée en tant que ressource patrimoniale, religieuse, sociale, éducative, artistique et culturelle.

L’ensemble religieux de Saint-Paul-d’Abbotsford, ou Mission Yamaska, comprend l’église anglicane St. Paul’s, son presbytère et sa salle paroissiale, l’église Abbotsford United, ainsi que leurs cimetières. Si le classement des lieux par le gouvernement leur confère une certaine protection, il n’en assure pas la pérennité. Les églises sont encore administrées par leur congrégation respective et des services y sont célébrés à l’occasion, mais là comme ailleurs au Québec, le nombre de fidèles diminue. La Fondation du patrimoine religieux du Québec a consenti une aide pour financer certains travaux de réfection, mais cela reste insuffisant pour la pleine mise en valeur de ce lieu exceptionnel.

Afin de recueillir des fonds, Héritage Abbotsford organise des concerts à l’église anglicane. C’est ainsi que des mélomanes ont pu y entendre, entre autres, le célèbre contre-ténor Daniel Taylor, le maître de la musique baroque, Christopher Jackson – fondateur du Studio de musique ancienne de Montréal – la soprano acadienne Suzie Leblanc et le chanteur Dan Bigras dans un récital de poésie.

Les fonds ainsi recueillis ont contribué à restaurer les bâtiments, à moderniser le chauffage de l’église anglicane, à remettre en état trois de ses magnifiques vitraux, à refaire la toiture de l’église unie ainsi qu’à embellir les cimetières et leurs alentours. Mais il reste encore beaucoup à faire et le travail se poursuivra.

Historique et description des lieux

L’ensemble patrimonial de Saint-Paul-d’Abbotsford forme un paysage culturel d’une grande richesse qui se distingue par son intégrité et son ancienneté. Doté d’une grande unité architecturale, il présente un intérêt historique comme témoin de l’occupation du territoire par les immigrants anglophones au début du XIXe siècle.

En 1802, le révérend Joseph Abbott quitte Saint-André-d’Argenteuil pour s’installer à la Mission Yamaska, sur l’actuel rang de la Montagne, que les francophones de la région surnommeront par la suite « rang des Anglais ». La Montérégie est alors le berceau de la communauté anglicane au Québec et au Canada. Cette présence y est encore bien tangible comme en témoignent les vieilles propriétés rurales dont la Mission Yamaska constitue le cœur. C'est de la contraction du nom de Abbott et de son épouse, née Bradford, qu'est née l'appellation Abbotsford.

Pour l'histoire, il convient aussi de noter que le fils du révérend Abbott, sir John Joseph Caldwell Abbott, qui a vécu sur ce rang, a été le troisième premier ministre du Canada, mais le premier à être né au pays. Jusque-là, c'est d'Angleterre que provenaient les premiers ministres. Doyen de la Faculté de droit de l’Université McGill de 1855 à 1880, sir John a également été maire de Montréal.

L’église St. Paul’s est l’une des plus anciennes du diocèse anglican de Montréal. Érigée en 1822, elle s’inspire des églises protestantes néoclassiques de la Nouvelle-Angleterre. Revêtue de clin de bois, elle est à la fois simple et élégante. Le clocher d’origine a été remplacé en 1872 par une tour surmontant le porche et coiffé d’une élégante flèche.

En 1839, le révérend Richard Miles, originaire d’Angleterre, construit avec ses fils un autre temple qui servira d’abord au culte congrégationaliste, puis méthodiste avant d’être occupé par l’église Unie, de 1925 à nos jours. Voisin de l’Église anglicane, ce bâtiment est particulièrement représentatif des petites églises vernaculaires des Cantons de l'Est.

Le presbytère est le seul bâtiment de pierre de l’ensemble. Sa construction a été achevée en 1889. Son architecture s’inspire du courant néoclassique, qu’on appelle aux États-Unis le style « fédéral » et qui se démarque notamment par l’arrangement symétrique des façades et par certains ornements classiques, dont le fronton surmontant l’entrée. Ce type de construction est fréquent dans la campagne ontarienne.

Pour les cours de catéchisme ainsi que pour les activités sociales et les fêtes locales, la construction de la salle paroissiale débute en 1898. Celle-ci rappelle le rôle important qu’ont joué les pomiculteurs d’Abbotsford, notamment les familles Fisk, Craig et Gibb. Fondée en 1874, le Fruit Growers Association of Abbotsford est l’entreprise pionnière qui inspirera, quelque vingt ans plus tard, la fondation de la première Société pomologique et fruitière de la province de Québec. Des pommes de notre région remportèrent même des prix à l'Exposition universelle de Paris, en 1900, comme en témoignent des documents conservés par Héritage Abbotsford.

La salle paroissiale sert maintenant de complément aux activités artistiques d'Héritage.

Richesses patrimoniales de l’Église anglicane

Au nombre des éléments remarquables de l’église St. Paul’s figurent ses magnifiques vitraux. L’un des plus anciens, installé en 1894, rend hommage aux 22 familles fondatrices de l’église. L’orgue-harmonium Warren est acquis en 1873, est également un instrument exceptionnel en raison d’une combinaison inhabituelle d’anches et de tuyaux. Considéré comme un élément marquant du patrimoine québécois, il a été classé en vertu de la Loi sur les biens culturels.

Russel Warren, l’un des premiers grands facteurs d’orgues au Canada. Originaire des États-Unis, Warren s’est établi comme à Montréal en 1836. On lui doit pas moins de 350 orgues en usage partout au Canada. Le mariage des anches d’un harmonium avec un orgue semble unique, ce qui lui confère une sonorité remarquable, comme le notent les mélomanes assidus aux concerts.

Les artistes invités ne tarissent d’ailleurs pas d’éloges sur la qualité de l’acoustique de l’église St.Paul’s et sur le caractère intimiste des récitals qu’ils peuvent y donner.

Projets de restauration

Depuis la fondation d’Héritage Abbotsford, plusieurs projets ont été entrepris à l’Église anglicane, notamment la réfection des vitraux et du clocher, la peinture extérieure, la démolition d’une cheminée anachronique, l’installation d’un nouveau système de chauffage, la remise en état de l’orgue-harmonium.

Du côté de l’Église Unie, la toiture a été refaite à neuf et le bâtiment entièrement repeint, et le muret de pierres qui entoure le cimetière, de même qu’une superbe grille de fer forgé, ont été restaurés, mais il reste encore beaucoup de projets à réaliser. Il faudrait notamment doter aussi cette église d’un autre système de chauffage qui permettrait d’en chasser l’humidité qui menace de détériorer la fragile structure de bois.

Parmi les nombreux autres projets, il y a la réfection de la toiture de l’Église anglicane, l’aménagement de la salle paroissiale (en y installant notamment un système de chauffage et des sanitaires). Ces aménagements permettraient par la suite d’y organiser d’autres événements qui contribueraient à leur tour à assurer un plus grand rayonnement à ce joyau culturel.

La salle paroissiale recèle des trésors de la Fruit Growers Association of Abbotsford, qui témoignent des premiers efforts des colons anglais pour doter la région d’une véritable industrie de la pomme. Ces travaux sont consignés dans des ouvrages qui mériteraient de revoir la lumière du jour.

Les projets ne manquent pas pour Héritage Abbotsford, qui cherche présentement à se donner des assises financières plus solde afin de poursuivre ses projets de restauration et d’entretenir le site et les archives pour les rendre accessibles à un public grandissant d’amoureux de l’histoire, de la belle musique et de magnifiques paysages. La Mission Yamaska est ainsi un endroit exceptionnel qui mérite qu’on le préserve et qu’on le mette en valeur.

Coordonnées d'Héritage Abbotsford

Boite postale 1075
Saint-Paul-d'Abbotsford
Québec, J0E 1A0

Adresse du site
185, rang de la Montagne
Saint-Paul-d'Abbotsford
Québec, J0E 1A0

Courriel[email protected]

Conseil d'administration :
M. François Darrigrand, président
M. Sylvain Fournier, vice-président
Mme Marie-José Raymond, trésorière
Me Christine Fournier, secrétaire (450) 379-5304

Héritage Abbotsford est une société sans but lucratif qui a été incorporée selon la Loi sur les compagnies, partie 3, le 24 mars 2005.